Tarmax.com : Zen et détente, Sport et nature, News persos...

Zen et détente, Sport et nature, Nouvelles technologies, Questions existentielles, News persos, Sélestat... Rédacteur : Maximilien G.

Le daim et le renard

Un renard apeuré entre les arbres filait,
poursuivi par un daim qui voulait faire copain.


Soudain arrivé au niveau d'un sentier,
d'un bond le renard traversa ce dernier.


Mais alors d'un œil averti,
le daim m'aperçut près de lui.


Prenant ses jambes à son cou,
le daim disparut tout à coup.


Le renard dans son coin essoufflé,
du daim le voilà libéré.


Moralité :
Parfois un sentier il suffit,
quand tu crois qu'on s'en prend à ta vie.



Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Question n°08 : A quoi servent les lignes blanches tracées devant le stade municipal de Sélestat ?

Voilà plus de 15 ans qu'à chaque passage devant le stade municipal de Sélestat (rue de la Brigade Alsace Lorraine) je me demande à quoi peuvent servir les lignes blanches tracées sur le goudron au niveau du parking ?


Parcours-Sportif-du-Sapeur-Pompier-01.jpg


Parcours-Sportif-du-Sapeur-Pompier-03.jpg


Parcours-Sportif-du-Sapeur-Pompier-04.jpg


Parcours-Sportif-du-Sapeur-Pompier-02.jpg


Terrain d'un sport que je ne connais pas ? Repères pour les stands des marchés aux puces organisés dans le stade ? Autre ?

Personne ne sait avec certitude. La réponse qui m'est donnée le plus souvent est que ce sont des repères qui servent aux bus à se garer et à manœuvrer. Pourquoi pas, mais ça me paraît un peu élaboré et compliqué pour cela. Même après de nombreuses recherches sur Internet, pas moyen de trouver la solution.


Avant de m'adresser à la Mairie je me suis décidé à poser la question sur Facebook et là, oh miracle !, le célèbre Manu propriétaire du non moins célèbre estaminet Sélestadien Le Tigre (https://fr-fr.facebook.com/barletigre/) m'a enfin apporté la réponse grâce à une de ses connaissances "russes" ;-) : il s'agit d'un parcours sportif à destination des pompiers de Sélestat.


Parcours-Sportif-du-Sapeur-Pompier-05.jpg

Le Parcours Sportif du Sapeur Pompier (ou PSSP) est une épreuve spécifique aux sapeurs pompiers français composée d’un parcours d’obstacles d’une distance de 350 mètres créé le 26 octobre 1949.

Pour en savoir plus : http://aecopsd.eu/pssp/

Pas réussi à savoir quand ce parcours était utilisé à Sélestat. J'ai été assez sèchement éconduit quand je me suis adressé par téléphone à la caserne pour avoir plus de renseignements. J'ai eu droit à un magnifique et très agréable "Vous êtes qui d'abord ?". Dommage.


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Détail de ma liste de matériel "3 saisons" pour ma traversée des Vosges Alsaciennes

Quand on marche plusieurs jours d'affilée et de surcroît quand on bivouaque, on se rend vite compte que ne pas s'équiper de matériel spécifique (léger et peu volumineux) transforme cette aventure en périple douloureux.

Montagne_randonneur_soleil.jpg

Le but de ce billet est de vous présenter ma liste de matériel pour me lancer dans la traversée des Vosges Alsaciennes, et plus tard (avec quelques adaptations) dans mon Projet Châtenois Saint Jacques. L'idée étant aussi et surtout de proposer des sorties Bivouac au sein de la section Randonnées de mon club d'Escalade "Vosges Trotters Sélestat".

Les contraintes que je me suis fixées sont :

  • porter un sac de moins de 10 kg tout compris (sac, nourriture et eau inclus)
  • pouvoir dormir à des températures proches de zéro ou légèrement négatives
  • avoir de quoi faire chauffer de l'eau
  • conserver un confort non négligeable
  • avoir 24 à 36h d'autonomie en eau et 24 à 48 en nourriture



Pour me faire aider et demander de nombreux conseils je me suis largement appuyé sur le site et le forum Randonner Léger dont le principe est la Marche Ultra Légère (ou MUL pour les connaisseurs). Forcément sur ce forum on croise des MUL extrêm(ist)es capables de traverser un continent en portant moins de 4 ou 5 kg de matériel et qui s'agaceront que vous puissiez poser certaines questions, mais on croise aussi de très nombreuses personnes plus pragmatiques très riches en conseils de toutes sortes.

Pour l'anecdote, afin de gagner du volume et du poids, un Marcheur Ultra Léger ne dort pas en tente, mais sous un TARP (simple toile tendue à l'aide de piquets et/ou d'arbres, sans sol ni moustiquaire). Il ne dort pas dans non plus dans un sac de couchage mais dans un QUILT (sac de couchage sans dos) ou dans un pied d'éléphant (sac de couchage qui ne couvre que les jambes) qu’il associera à sa doudoune pour protéger le haut du corps. Il ne dort pas sur un matelas gonflable mais sur un matelas en mousse qu'il aura bien entendu découpé en deux car pour les jambes il n'en a pas besoin. Il n'achète d'ailleurs ni sac à dos, ni TARP, ni sac de couchage mais se les fabrique lui même avec des matériaux ultra léger (cuben par exemple). Il maîtrise du coup la couture, le dessin 3D sur ordinateur, l'ensemble des lois sur la condensation et les besoins en énergie du corps humain. Il réinvente à sa sauce le principe des 3 couches afin de n'en avoir plus que deux ou deux et demi.

De mon côté je suis resté très loin de la plupart des ces notions et me suis contenté d'équipements traditionnels tout en faisant attention à choisir des items légers, peu volumineux, sans toutefois trop exploser mon budget.

Au final mon sac pèse légèrement moins de 9 kg quand il est le plus lourd. Le poste le plus important est le poste "Eau et nourriture" qui dépasse les 3 kg (avec 2 litres d'eau et 2 jours de nourriture inclus). Viennent ensuite le poste "campement" (tente, matelas, sac de couchage et accessoires) qui tourne autour des 2 kg, le poste "Portage" (sac à dos et protège pluie) qui dépasse tout juste le kilo, le poste "Tenue de jours" (vêtements de rechange et les équipements de protection contre le froid ou la pluie) qui tourne autour du kg, le poste "Tenue de nuit" avec un peu plus de 400g, le gros kilo restant étant composé des accessoires, produits d'hygiène et de cuisine.


Portage (1150g)

  • Sac à dos Osprey Talon 44 (1040g)
  • Protège sac D4 pour sacs 30/50L (110g)


Campement (2070g)

  • Tente SMS SkyScpape Trekker (700g)
  • Sardines 18 cm, alu, en Y (91g)
  • Sac de couchage CUMULUS LITE LINE 400 (755g)
  • Matelas THERM A REST NeoAir XTHERM Regular (430g)
  • Oreiller gonflable D4 (74g)
  • Micro fibre pour essuyer condensation (20g)


Tenue de nuit (409g)

  • Paire de chaussettes pour nuit (40g)
  • Bas chaud (174g)
  • Haut manche longue laine mejinos D4 TechWool (195g)


Tenue de jour (1045g)

  • Paire de chaussures Salomon Eskape GTX taille (sur moi)
  • Paires de chaussettes D4 middle (66g + une paire sur moi)
  • Pantalon short D4 (sur moi)
  • Bâton de randos D4 (sur moi)
  • Slips (55g + un sur moi)
  • Tee-shirt D4 (111g + un sur moi)
  • Protège cou multi usages Simond (sur moi)
  • Pull léger polaire D4 basique (158g)
  • Coupe vent D4 HELIUM WIND 500 ANTI UV Taille L (avec capuche) (sur moi)
  • Imperméable respirant (veste + pantalon) Frogg Toggs Dri Ducks (265g)
  • Doudoune avec duvet D4 Forclaz 300 Taille L (250g)
  • Paire de gants froid/pluie D4 (88g)
  • Bonnet (52g)


Accessoires (500g environ)

  • Sifflet thermomètre boussole
  • Briquet
  • Mots fléchés
  • Carnet pour prise de notes + porte-mines / gomme
  • Guide GR5 FFRP
  • Lumière frontale
  • Téléphone + chargeur
  • Tapis isolant
  • Papiers + CB + sous
  • Montre


Hygiène et secours (300g)

  • Mouchoirs
  • Savon/Shampoing/Liquide vaisselle
  • Dentifrice
  • Déo
  • Brosse à dents
  • Serviette microfibre
  • Papier toilette
  • Divers (lacet, épingle à nourrice, pince à épiler, aiguilles, cure-dent, sérum physio, trombones, pied de biche tiques...)
  • Crème visage, Crème solaire, Vaseline, Cétavlon en micro quantité
  • Pansements
  • Médicaments (Ibuprofene, spasfon, vogalene, imodium...)


Cuisine (300g)

  • Réchaud alcool P3RS Fabrication maison
  • Pare-ventTOAKS Titanium windscreen
  • Gobelet métal pour chauffer eau
  • Couvercle avec poignée Fabrication maison
  • Mug pour Pliant SEA TO SUMMIT TX Mug 480 ml
  • Opinel
  • Couverts
  • Alcool à brûler 90°


Eau et Nourriture (3100g)

  • Eau
  • Nourriture (Semoule, saucisson, pain, chocolat, céréales, thé, cacahuètes...)


Total : 8874g


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Étape 1 de ma traversée de l'Alsace par les Vosges : Lauterbourg - Nierderbronn-Les-Bains

Comme indiqué dans mon précédent billet (PCSJ - update mars 2016 - nouveau rebondissement, j'ai attaqué en cette fin mars 2016 mon projet de traversée de l'Alsace par les Vosges (GR53 puis GR5) afin de valider ma liste de matériels (tente, sac de couchage, matelas, popote, habits...).

L'occasion de faire mes premiers bivouacs en solo en pleine nature et ma première rando solo sur plusieurs jours.

But de cette première étape : rejoindre Niederbronn-Les-Bains au départ de Lauterbourg en 2-3 jours soit 73 km de marche en tout.

SAM_1231.JPG


SAM_1224.JPG


Quelle aventure !!! Notamment car, suite à un mauvais calcul, je m'attendais à ce que le trajet ne fasse que 50km environ, soit bien plus court que les 73 réels. Voulant ne pas rentrer trop tard chez moi le dernier jour, j'ai concentré la marche sur les 2 premiers, ce qui m'a fait faire des distances trop grandes pour commencer (30km le 1er jour, 30 le second également). Du coup ce fût fort difficile et la tentation d'abandonner m'a frôlé à plusieurs reprises. Heureusement j'ai tenu le coup et suis allé au bout.

Une des plus grosses difficultés à laquelle je me suis affronté et pour laquelle je ne m'étais pas préparé, c'est le choix de l'endroit où bivouaquer. Bien moins évident que ce que je ne pensais. Trouver un endroit plat et lisse, non encombré, pas trop exposé au vent et pas à proximité d'un énorme terrier ou de trace de labours effectués par des sangliers, et bien c'est loin d'être facile. La première nuit j'ai très mal dormi car, en pleine forêt, sur le talus d'une redoute près de Wissembourg, j'ai été dérangé à plusieurs reprises par une bête sauvage (je ne sais pas quoi exactement) qui venait rôder et grogner autour de la tente. J'ai pas mal flippé je vous l'avoue.

SAM_1228.JPG


J'ai réussi à prendre sur moi et à continuer. La seconde nuit s'est heureusement mieux passée. J'ai planté ma tente en plein cœur d'un village (Windstein) pour ne pas être dérangé par les bêtes.

SAM_1235-first.JPG


Le fait d'avoir dû me presser m'a empêché de profiter pleinement de cette rando et de pouvoir visiter, entre autres, les nombreux châteaux répartis sur tout le parcours. Vraiment dommage.

Au final je suis content d'être allé au bout. Pas mal d'informations tirées de cette aventure : prendre en + un oreiller gonflable, prendre + d'eau sur soi que ce que je prévoyais, faire des distances plus courtes pour profiter et moins souffrir, savoir s’arrêter plus tôt si on a mal quelque part...

Sinon, et c'est le point positif, cette sortie m'a quand même permis de valider tente, matelas, sac de couchage, taille de sac à dos (40 litres) ainsi que la quasi totalité du matériel de la liste que j'avais élaborée. Ça c'est cool.

Prochain départ en mai (je reprendrai là où je me suis arrêté) mais pour une plus longue période.


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

PCSJ - update mars 2016 - nouveau rebondissement

Mon Projet Châtenois Saint-Jacques (PCSJ) change en permanence de forme. Nouveau rebondissement en cette année 2016 : exit le chemin de Stevenson comme phase de test, bienvenue désormais à la traversée des Vosges alsaciennes via le GR5.

Prévue pour mai 2016 (du 05 au 22) avec une première étape de 2/3 jours fin mars ou courant avril pour valider le matériel. Les vacances sont posées, matériel et topos sont déjà là ou en cours de livraison... bref tout avance à grand pas.

Pourquoi le GR5 alsacien ?

  • il passe à 600 mètres de la maison
  • son profil (kilométrage, dénivelé) me conviennent
  • il donne la possibilité de se ravitailler tous les jours
  • il est varié et agréable



L'idée est de rejoindre Montbéliard au départ de Lauterbourg, soit entre 400 et 500 kilomètres suivant les variantes effectuées. Seul, en mode bivouac mais avec nuit et repas en refuge ou auberge tous les 4/5 jours pour des questions d'hygiène, de confort et de repos. L'arrivée à Montbéliard n'est pas un but absolu. Avant tout se faire plaisir et profiter.

Si tout se passe bien, j'envisage d'insérer au programme des Vosges Trotters Sélestat des sorties bivouac de quelques jours dès 2017. Histoire d'attirer des jeunes et d'enrichir le programme de l'association...

Le prochain billet parlera probablement du matériel retenu pour ce projet.

A suivre...


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Bilan sportif 2015

Elle commence à dater l'époque où chaque année je publiais un article en janvier avec mes objectifs à atteindre et un autre article en décembre pour faire un bilan... Faisons un exception en cette fin d'année 2015.

Cette année, que des objectifs sportifs modestes faciles à atteindre. But recherché : avant tout se faire plaisir, ne pas se mettre trop de pression et surtout pas de contraintes. De ce fait, et heureusement, le bilan est fort positif :


Faire au minimum 100 km de rando

Avec + de 190 km réalisés en une vingtaine de sorties réparties sur l'ensemble des mois de l'année (à pied ou en raquettes), voilà un objectif largement atteint.


Courir au minimum 200 km

Là aussi, objectif atteint avec un total de 228 km avec, entre autres, une sortie de 23.5 km qui m'a bien fait souffrir.


Participer à au moins une course à pied organisée

Objectif réalisé le dimanche 6 décembre 2015 grâce à ma participation aux 10km de Ribeauvillé. Météo superbe. Ai même eu trop chaud. Très belle course. J'aurais voulu faire moins de 55mn. Au final juste sous la barre des 1h. Peux mieux faire. Je me suis fait super plaisir c'est le principal.


Faire au moins 100km de vélo

Là aussi, objectif largement atteint (230km) mais sans panache car réalisé en majeure partie suite au fait de ne pas avoir pris d'abonnement de tram en août et d'avoir alors fait les allers retours "boulot/gare" à Strasbourg en vélo (4km le matin, 4km le soir). A part cela, seulement 2 ou trois sorties, notamment à l'occasion du Slow Up d'Alsace 2015


Comme dit en intro le bilan est ultra positif. Et je trouve que l'idée de varier les plaisirs et de ne pas se fixer trop de contraintes et d'obligations est un très bonne chose. Certes du coup il ne faut pas viser de performances, mais au moins on se fait plaisir toute l'année, on n'abandonne pas et on est heureux en décembre d'avoir atteint les buts que l'on s'était fixés.


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Le testament d'un excentrique de Jules Verne : découvrir les États Unis autrement

Envie de voyager aux États Unis ou simplement d'en savoir un peu plus sur cet immense pays ?

Si vous voulez le faire d'un manière originale et ludique, je vous invite alors à lire "Le testament d'un excentrique" de Jules Verne.

Ce roman raconte comment 7 personnes vont participer à un immense jeu de l'oie en Amérique, où chaque case est représentée par un Etat. En découlent de nombreuses descriptions et anecdotes réparties sur l'ensemble du pays.

le-testament-d-un-excentrique-de-jules-verne.jpg

L’histoire en elle même est très plaisante et l'on apprend ou découvre de très nombreuses choses.

Bref, un bon petit Jules Verne, légèrement atypique par rapport à ce que le grand public connaît de lui. De quoi découvrir en même temps une autre facette de cet écrivain extraordinaire.







Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Terminé les iPhones !!! Bienvenue à mon Samsung Core Prime 4G

Puisque j'ai par le passé écrit un ou deux billets au sujet des iPhones que j'ai acquis (ici par exemple), il était tout à fait normal d'écrire un mot suite à mon passage à la concurrence...

Pourquoi changer de téléphone ?

C'est simple : malgré un changement de batterie déjà effectué, mon iPhone 4 avait de moins en moins d'autonomie. Très peu pour moi de devoir recharger mon mobile tous les jours. Trop contraignant. Ensuite la fluidité et la rapidité laissaient à désirer au fur et à mesure des mises à jours d'IOS, les boutons vibreur/sonnerie et volume étaient HS depuis plusieurs mois (nappe endommagée à l'intérieur de la bête suite à priori au changement de batterie) et enfin le bouton Home était de moins en moins réactif. Certes on pouvait de façon logicielle régler le volume ou activer le vibreur, mais c'était encore une fois contraignant. J'aurais pu aussi changer le bouton Home, acheter encore une nouvelle batterie et remplacer la nappe endommagée, mais s'eut été intéressant seulement si j'avais fait tout ça moi même et là, ça aurait été catastrophe assurée. Je laisse cela à la charge de celui qui l’acquerra d'occasion.

Vers quoi je me suis tourné au départ

Ayant depuis le début été relativement satisfait des mes iPhones, c'est vers Apple que j'ai regardé en premier, mais les prix pratiqués m'ont dissuadé dès le début. Surtout que j'ai un forfait pas cher sans engagement, donc aucune subvention à attendre de l'opérateur. Exit les iPhones donc !

Ce que je recherchais

  • de l'autonomie
  • 32 Go d'espace disque minimum (pour entre autres stocker ma musique sans avoir besoin de streamer)
  • une facilité de synchronisation (calendriers, contacts, mails....) avec plusieurs comptes Google
  • un écran grand mais pas trop (du genre 4.5") pour être agréable à lire mais aussi tenir dans une poche de pantalon
  • une connexion 4G
  • un appareil photo pas trop pourri...
  • un téléphone neuf (pas d'occasion)
  • une garantie minimum de 2 ans minimum
  • un budget max de 200/250 euros.

Ne jouant que très peu sur téléphone, ou alors à des jeux légers et épurés, pas besoin d'avoir la dernière bête de course niveau processeur/RAM.

Mobiles retenus

Difficile de trouver mon bonheur malgré le nombre incroyable de mobiles existants. Après de nombreuses recherches et discussions, le top 3 final c'est dans un premier temps joué entre :

  • le Sony Xperia E3
  • le Wiko Rainbow 4G
  • le Samsung S5 mini

Le Sony m'a fait peur à cause de trop nombreux commentaires négatifs sur sa mémoire interne très petite de 4 Go qui pose problème (de nombreuses applications refusent d'être installées sur la carte SD d'extension), le Wiko s'est avéré trop grand. Restait le Samsung.

Le grand vainqueur

Et coup de théâtre, alors que j'en étais là est sorti le Samsung Core Prime 4G, la perle rare qui répondait à tous mes besoins et pour vraiment pas cher : 109€ seulement tout en gardant mon forfait pas cher et sans engagement. Téléphone acheté 149€ chez Darty dont 30€ remboursés par Samsung et 10€ récupérés en bon d'achat suite à une demande de remboursement de la différence (car le téléphone était à 139€ chez Amazon). Au final j'ai donc eu le téléphone à 109€.

Samsung-Core-Prime-4G.jpg

Le Bilan

Ça fait maintenant 3 mois et j'en suis très content. Il répond à toutes mes attentes. J'apprécie vraiment ce téléphone.

Pour ce qui est du passage d'IOS à Android, au final chacun à ses avantages et ses inconvénients, et on passe assez vite de l'un à l'autre. J'ai retrouvé sans trop de difficulté mes anciennes applications (sauf Tweetbot à mon grand dam).

En ce qui concerne l'ergonomie du téléphone, le poids, la luminosité, la fluidité, les couleurs, rien à redire, très satisfait.

Quelques défauts tout de même (et oui à 109€ il en faut quand même) :

  • il me parait moins solide que mon iPhone 4 (quoique ses premières chutes n'ont laissé aucune trace)
  • le glissé du doigt sur l'écran est légèrement moins agréable
  • l'appareil photo n'est pas over terrible..

Reste à voir sur la durée maintenant. A suivre donc ....






Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

PCSJ - update mars 2015

Il y a 5 ans déjà, dans 2 billets différents (ici et , je vous faisais part d'un projet qui trottait dans ma tête depuis un bon moment : le PSSJ ou Projet Sélestat Saint-Jaques, qui comme vous l'avez sûrement compris consistait à relier à pied Saint Jacques de Compostelle au départ de Sélestat.

sur-les-chemins-de-st-jacques-de-compostelle.jpg

Non non non, mon projet Sélestat Saint Jacques n'est pas tombé à l'eau. Bon je ne vous cache pas que mon manque de forme physique et morale de ces dernières années m'ont amené à ne plus trop y penser. Difficile de s'imaginer franchir seul plus de 2000 km à pied en 3 mois quand la tête ne va pas.

Même si ça ne va pas encore franchement mieux, suite à plusieurs lectures faites ces derniers temps ("Immortelle randonnée : Compostelle malgré moi" de Jean-Christophe RUFIN et "À pied de Lisbonne à Strasbourg" de Michel FUCHS, un compatriote Alsacien), ce projet me trotte à nouveau dans la tête.

Tout d'abord, habitant désormais Châtenois au lieu de Sélestat, mon projet est renommé PCSJ comme "Projet Châtenois Saint-Jacques". Châtenois étant traversé par un chemin de Saint Jacques et étant même une ville étape ce n'en est que plus logique. Quoi de plus agréable que de pouvoir partir à pied directement de chez soi, et de n'avoir à parcourir que 400 mètres pour rejoindre le chemin qui nous mènera à notre but.

Sinon, j'avoue avoir été relativement influencé par le livre de Jean-Christophe RUFIN. Que ce soit au niveau du choix du chemin une fois l'Espagne atteinte (Camino del norte, moins fréquenté que le Camino Francès) mais aussi au niveau du mode de fonctionnement (tente + matelas + duvet pour plus d'autonomie plutôt que de courir après les auberges nids à ronfleurs). Mais bon c'est un peu ma spécialité d'être influencé par ce que je découvre. Je changerai probablement d'avis d'ici mon éventuel départ en lisant d'autres ouvrages ;-)

Enfin, après en avoir discuté avec ma chef au travail (j'ai la chance d'avoir une chef cool avec qui on peut discuter de tout), son conseil de commencer par un autre chemin plus court, tel que celui de Robert Louis Stevenson (URL : http://chemin-stevenson.org/fr/) me paraît être une bonne idée. Deux cent cinquante kilomètres dans un super décors (faisable en une dizaine de jours), pourquoi ne pas en effet attaquer par cela, ne serait-ce que pour voir comment son corps réagit. De plus, suivre ce parcours initié par l'auteur de "L'île au trésor" ne peut que être une bonne chose pour moi qui suis fan de ce type de livres.

Alors voilà, en gros rien d'acté, pas de date fixée ni de décision prise, juste quelques petites avancées.






Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Le Point par Point, ou comment s'évader avec un simple crayon

Point-par-Point.jpg

Le point de départ

Depuis quelque mois, le truc à la mode, c'est le coloriage pour adulte. Le choix en librairie est impressionnant et ça se vend comme des petits pains. Mandalas, animaux, fleurs, paysages japonais, figures géométriques... Il y en a pour tous les goûts. Je me souviens en avoir acheté pour une élève de l'escalade juste avant que ça ne devienne ce phénomène que c'est aujourd'hui. Elle était ravie.

Mais s'intéresser à ces phénomènes de mode c'est aussi savoir reconnaître, quand il le faut, que ça ne nous correspond pas. Et c'est exactement ce que je me suis dit alors que je glanais en librairie devant l'étal réservé à cette activité. Alors que j'étais sur le point d'en acheter un pour moi, afin de me lancer dans cette aventure, je me suis dit que finalement ça ne me brancherait pas très longtemps de passer des heures à colorier un même dessin. Et puis moi qui aime terminer les choses, cela m'aurait frustré d'acheter quelque chose que je n'aurais jamais terminé vu le nombre d'heures incroyable que cela demande pour le faire en entier.

La révélation

Mais alors, voilà qu'au beau milieu de ces livres de coloriage, j'entraperçois des livres de Point par Point. Et hop ça a tilté de suite dans ma tête. C'est ça qu'il me faut. Un bon petit recueil d'illustrations variées (animaux, architecture, paysages, œuvres d'art...) à recréer en reliant avec précision entre 300 et 400 points. Dix à quinze minutes par page, c'est exactement ce qu'il me faut. Et pas besoin de beaucoup de matériel : un bon crayon précis qui ne s'effrite pas et qui se taille bien, une gomme au cas où, un taille crayon, une règle en parfait état, et un peu de place pour pouvoir tourner sa feuille dans tous les sens.

Certes le premier réflexe est de se dire que c'est pour les gosses, mais vu la précision que ça demande et le nombre élevé de points, pas tant que ça. Ça demande de la concentration et ça permet d'oublier en un instant toutes les difficultés de la journée. Bref ça nous transporte en un rien de temps dans un autre monde où l'on a plaisir à découvrir trait après trait le dessin que l'on est en train de faire et qui bien souvent est complètement différent de ce que l'on imaginait quand il n'y avait que les points. C'est simple mais magique. Et ça ne coûte pas cher.

Lequel acheter

Point de vue éditeur, mon premier achat était en faveur du livre "La ville point à point" des éditions "Dessain et Tolra" qui appartiennent au groupe Larousse. Mais alors quelle déception ! Dès le premier dessin et pour l'ensemble des pages, il manque des points, il y en a en double, le dessin final n'est pas bon car il y a des trais incohérents qui ne sont pas censés être là. Bref, après avoir envoyé un mail sur le site Internet de "Dessain et Tolra" pour le leur signaler et essayer de comprendre le pourquoi du comment, je n'ai obtenu aucune réponse de leur part, ce qui est juste incompréhensible et honteux. Surtout pour le groupe Larousse.

Je me suis alors fait rembourser ce livre là où je l'avais acheté et me suis redirigé vers le manuel "120 dessins Point par Point - L'art de la concentration visuelle" des éditions "Hachettes Loisirs". Ce coup-ci aucune déception. Les dessins sont variés et supers, pas encore trouvé la moindre erreur, le papier est de qualité, bref je vous le recommande vivement si vous avez envie d'essayer. Je regrette juste que les feuilles ne soient pas détachables comme elle l'étaient dans "La ville point à point" car, du coup, si l'on veut travailler avec une feuille bien à plat sans s'encombrer du livre, il faut utiliser un cutter ou alors couper les fils de la reliure pour enlever les feuilles sans les abîmer. Avec un système de feuilles détachables, s'eût été parfait.

A vos crayons !!!









Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Les Autres Gens : un concept original, un scénario pour "bien-pensants"

Ces derniers temps j'ai découvert à la médiathèque de Sélestat, en flânant autour des bacs à BDs, la version papier de la bédénovella "Les Autres Gens" de Thomas Cadène.

couverture-les-autres-gens.jpg

Un concept original

Un scénario a été découpé en épisodes puis chaque épisode a été illustré par un auteur différent : une centaine d'auteurs se sont ainsi relayés, chacun à sa manière, sur une durée de 2 ans. Au départ diffusée uniquement sur Internet au rythme d'un épisode par jour (gratuitement le premier mois, puis payant par la suite), l'histoire a ensuite été publiée intégralement au format papier (30 ou 60 épisodes par tome).

Ce qui est fort intéressant, c'est de pouvoir découvrir au sein d'une même histoire (même personnages) de très nombreux styles artistiques différents. C'est impressionnant de voir les différences de techniques, de méthodes, de visions, d'univers des différents auteurs qui se sont relayés. C'est particulièrement saisissant au niveau des personnages, du décors et étonnement également au niveau des bulles.

Un scénario pour bien pensants

Parallèlement, et en espérant que mes propos ne seront mal pris par personne, ce qui m'a bien fait rire, c'est qu'au niveau scénario, on a droit à tous les clichés "bien-pensants" d'un monde moderne, parfait, progressiste, ouvert, bref ce monde idéal tant vanté par certains médias.

Dès le premier tome, on a un couple homosexuel multi-ethnique, une famille de gauche bien-pensante remplie de grands principes, un couple de riches parisiens qui partage son billet de loterie gagnant et qui brade son immense appartement à des "pauvres" par pur altruisme, une activité sexuelle des personnages ouverte et multi-partenaires... Manque plus qu'un migrant de Calais, un avortement, une euthanasie et une mère porteuse. Ça ne m'étonnerait pas de tomber sur tout ça dans les prochains tomes ;-)

L'article de Wikipédia consacré à cette bédénovella , indique :

Durant l'été 2013 un spin-off de la série, intitulé Romain et Augustin, un mariage pour tous, est proposé gratuitement sur le site du Nouvel Observateur

"Mariage pour Tous" et "Nouvel observateur", voilà qui confirme à 200% mes propos précédents ;-)

Qui qu'il en soit, que l'on partage ou pas cette vision de la vie, cela ne doit pas occulter tout l'intérêt du concept.

Le petit plus

A la fin de chaque tome une présentation est faite de l'ensemble des auteurs ayant participé à celui-ci, avec une mini bio, une bibliographie et dans la plupart des cas une liste de liens. De quoi faire des découvertes intéressantes.


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Mon ressenti après l'achat d'une liseuse électronique (Kindle)

Fin 2013, après plusieurs années d'hésitation j'ai fait l'achat d'un Kindle. Je vous propose dans cet article de vous en donner les raisons ainsi que mon ressenti après plusieurs mois d'utilisation. Si de votre côté vous hésitez à l'achat d'un tel appareil, ou si vous n'y aviez pas songé auparavant, peut être que cette expérience vous sera utile.

kindle.jpg

Pourquoi avoir attendu si longtemps ?

  • Je ne suis pas convaincu par l'achat de bien immatériels : si j'achète de la musique je vais acheter le CD, même si au final une fois récupéré sur iTunes puis sur mon iPhone il finira ad vitam æternam rangé dans un placard, sauf s'il finit avec mes 3-4 préférés du moment que je garde dans la voiture.
  • Je ne suis que très rarement encombré par le poids ou la taille des livres que je transporte : je lis beaucoup dans le train chaque jour mais très peu en vacances donc en général je ne transporte qu'un livre ou 2 maximum.

Pour ces 2 raisons je n'avais jamais franchi le pas. Pire même, je m'étais fait un point d'honneur de résister à la tentation d'acheter ce que je considérais alors comme un nouveau gadget inutile imposé par la société de consommation, Apple, Samsung, Tom Tom et consorts...

Ce qui m'a décidé :

Tout a basculé le jour où j'ai découvert sur Amazon une intégrale de Jules Verne au format Kindle, avec de très bon avis, pour une somme très modique (3 ou 4 euros je crois bien). Gros lecteur de Jules Verne depuis mon adolescence, j'ai déjà lu près d'une trentaine de ses romans et il m'est désormais quasi impossible de trouver, surtout à bas prix, le reste de ses livres, moins connus et dont les éditions ne courent pas les rues. Ajoutons à cela la baisse du prix du Kindle de base de 79 à 59 euros et mon calcul a été vite fait. Cela était plus économique pour moi d'acheter cette intégrale et un Kindle plutôt que d'acheter la 30aine de livres qui me manquent et que de toute façon je ne trouverai jamais au format papier.

Le choix de la liseuse. Pourquoi un Kindle d'Amazon et pas une autre (Kobo de La Fnac ou autre) ?

Assez familier avec le site Amazon où je commande régulièrement et dont j'ai toujours été pleinement satisfait, j'avoue ne pas m'être posé vraiment la question et n'avoir pas vraiment cherché à faire de comparaison avec la concurrence. C'est d'ailleurs étonnant car j'ai plutôt l'habitude de passer beaucoup de temps à comparer des articles avant de faire un achat. Ce coup-ci mon choix s'est presque tout de suite porté vers le Kindle. Avec en plus son prix de 59€ seulement je n'ai pas hésité.

Pourquoi une liseuse et pas une tablette et pourquoi une liseuse de base, non rétro éclairée ?

  • Pour la concentration : sur une tablette on est sans cesse déconcentré par l'arrivée d'une notification (mail, tweet ou autre) ou par la tentation d'ouvrir une autre application alors que sur une liseuse rien ne nous perturbe et l'on reste concentré à 100% sur sa lecture.
  • Pour le repos des yeux : je passe déjà bien trop d'heures devant un écran chaque jour, sans compter le temps passé devant mon iPad ou la télé le soir à la maison. J'ai préféré faire le choix d'un appareil permettant à mes yeux de se reposer aussi bien que lorsque je lis un livre papier. La sensation de lecture est exactement la même entre un livre et un Kindle. C'est exactement ce que je voulais.
  • Par rapport à mon besoin : lisant essentiellement dans le train ou les conditions de luminosité sont bonnes ou au bureau à la pause de midi, et jamais au lit ou dans le noir, un écran non rétro éclairé correspond tout à fait à mes besoins.
  • Enfin à cause du prix.

Bilan après quelques mois d'utilisation

Très satisfait.

Les plus :

  • La lecture est très agréable. Visuellement on a vraiment l'impression de lire un livre papier. Pas de fatigue oculaire.
  • Le poids et et le format sont parfaits. Rien à redire.
  • L'utilisation est très simple et intuitive. Je conseille quand même de parcourir la notice préchargée dessus pour découvrir l'ensemble des fonctionnalités de la machine.
  • Le fait de pouvoir choisir la taille des caractères et des interlignes est un vrai plus. C'est même je pense l'un des principaux avantages d'une liseuse face à un livre papier.
  • Le très grand nombre de livres électroniques gratuits.
  • La possibilité de télécharger gratuitement sur Amazon des extraits d'un livre avant de l'acheter définitivement, ce qui permet d'éviter d'acheter une oeuvre dont le style d'écriture ne correspond pas du tout à ce que l'on apprécie.

Les moins :

  • J'aurais voulu que l'autonomie de la batterie soit plus longue, surtout vu que je désactive le wifi 95% du temps, n'ayant besoin de l'activer uniquement lorsque je veux charger un nouveau livre dessus. Et encore la mienne dure plus longtemps que ce qui est indiqué dans le descriptif technique de la bête (il est indiqué "1 mois à raison d'une demi heure de lecture par jour"). Lisant entre 1 et 3 heures par jour du lundi au vendredi la mienne ne devrait durer que 2 semaines alors que je ne l'ai rechargée que 2 fois en 2 mois. Il n'empêche, je trouverais normal et logique qu'une liseuse puisse tenir plusieurs mois sans recharge, vu la faible consommation du principe de l'encre électronique qui ne pompe de l'énergie qu'au changement de page. Je ne comprends pas pourquoi les autonomies des liseuses ne sont pas plus grandes.
  • Le prix des livres électroniques récents : comme dit plus haut je suis réfractaire à l'achat de biens immatériels, sauf très bas prix. C'est pourquoi mes téléchargements en livres électroniques se sont limités pour le moment à des classiques tombés dans le domaine publique, donc téléchargeables gratuitement sur Amazon (Oliver Twist, les aventures de Tom Sawyer, L'île au trésor, Robinson Crusoé, les voyages de Gulliver, le Robinson suisse....) ou alors à des intégrales vendues à très bas prix comme celle de Jules Verne. Pour ce qui est des livres récents, par contre, je les trouve trop chers surtout quand on sait qu'ensuite on ne peut pas les prêter ou les revendre d'occasion si on le souhaite. En plus quand on aime vraiment un livre on préfère l'avoir en vrai pour le transmettre aux générations futures plutôt que d'en avoir une version électronique. En gros, au delà de 4, voir 5 euros maxi, je préfère acheter la version poche d'un livre ou alors un d'occasion plutôt que d'acheter le format électronique. Financièrement c'est plus intéressant. Enfin s'il est disponible en médiathèque je lierai d'abord un livre via ce moyen là et l'achèterai ensuite au format papier s'il ma vraiment plu.

En conclusion

Je ne regrette absolument pas mon achat et me réjouis de pouvoir lire des livres que je n'aurais pas trouvé au format papier. J'apprécie également beaucoup le confort de lecture sur un tel appareil, c'est parfait.

Pour ce qui est du système de distribution des livres électroniques, j'espère qu'il va évoluer car il ne me semble pas du tout adapté à ce type d'appareil.

  • Je trouverais normal de pouvoir télécharger gratuitement ou à prix symbolique (50 cents) une copie numérique d'un livre que l'on a acheté au format papier, même pour les livres que l'on a achetés dans le passé et que l'on a toujours.
  • Je trouverais normal de pouvoir télécharger sur mon Kindle depuis le site de la médiathèque de ma communauté de communes l'ensemble des livres disponibles au format papier.
  • Je trouverais normal que les versions électroniques des livres soient beaucoup moins chères qu'elle ne le sont actuellement.
  • Je trouve incompréhensible qu'un même livre puisse être vendu plus cher en format électronique qu'en format poche.

Bref tout ce monde me parait incohérent pour le moment. Une société qui lit est une société qui se cultive, qui fait travailler son imagination et qui découvre le monde. Ces appareils devraient faciliter l'accès à la lecture plus qu'il ne le font à l'heure actuelle. Je suis par contre bien conscient des problèmes techniques que tout ceci poserait et craint les usines à gaz de DRM qui pourraient être mises en place. Peut être quelqu'un trouvera-t-il la solution idéale qui pourra satisfaire tout le monde, de l'auteur jusqu'au lecteur en passant par le libraire...

Edit du 04/10/2014

Amazon a remplacé le modèle de Kindle que j'ai acheté par un modèle tactile qui coute 79€ (ou toujours 59€ mais avec des publicités qui s'affichent sur la page d'accueil et l'écran de veille)




Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Casque bluetooth : le plaisir d'écouter la musique en toute liberté

Voilà 3 ans je me suis fait offrir pour noël un casque bluetooth (un Seinnheiser MM100). Trois ans d'utilisation intensive, ça justifie bien un petit article pour vous donner mon avis sur le sujet.

sennheiser-mm-100.jpg

Les avantages :

Depuis toujours, je ne supporte pas de "m'arracher" les oreilles en accrochant les fils de mes écouteurs avec les bras. De plus je ne compte plus le nombre d'écouteurs que j'ai changés suite à des faux contacts au niveau du câble ou de la prise jack après seulement quelques mois d'utilisation. Depuis cet achat tout va bien. Je suis très satisfait.

Autre point non négligeable : sur un casque bluetooth la commande se fait directement depuis le casque, donc plus besoin de devoir sortir son lecteur MP3 ou smartphone quand on veut sauter une chanson ou agir sur le volume. Même avec des gants les commandes sont facilement accessibles.

Enfin, niveau course à pied, quand on court avec un casque filaire on entend ou ressent souvent le frottement du fil sur les vêtements, spécialement quand ces derniers sont équipés de fermeture éclair. Rien de plus désagréable je trouve. Avec un casque bluetooth, plus de soucis. Plus aucun câble donc plus aucun bruit parasite.

Comment choisir :

Il y a plusieurs points à vérifier si vous décidez d'acheter un casque bluetooth :

  • d'abord bien évidemment la qualité sonore. Préférez une grande marque reconnue à un casque low-cost de marque générique. Lisez les avis sur Internet et si possible essayez le casque en magasin.
  • pensez à prendre un casque dont l'autonomie est suffisamment longue pour ne pas vous retrouver à court de batterie trop souvent. Le mien a la bonne idée d'émettre un signal sonore une heure avant sa décharge complète pour vous faire penser à le recharger.
  • si vous comptez courir avec, il faut trouver un casque confortable, qui ne vous gêne pas, qui tient bien sur votre tête et qui ne bouge pas lorsque vous courrez. Mieux vaut donc tester la bête en magasin avant de l'acheter.
  • dernier point mais pas le moindre : casques et bonnets font rarement bon ménage. En dessous ça prend trop de place et au dessus le son est moins bon car filtré par le bonnet. Soyez attentif à ce point précis si vous souhaitez pouvoir écouter de la musique tout en portant votre couvre chef hivernal. Le choix d'écouteurs bluetooth au lieu d'un casque sera peut être alors plus judicieux.

Conclusion :

Que ce soit en marchant dans la rue, dans les transports en commun ou pour aller courir, un casque bluetooth c'est plus de confort, plus de facilité et plus de liberté. De plus leur qualité sonore est très bonne. Il ne faut pas hésiter. C'est un choix que vous ne regretterez pas. Il faut juste bien définir vos besoins et trouver le casque ou les écouteurs qui y répondront le mieux.

En ce qui concerne les effets négatifs des ondes bluetooth au niveau du cerveau, je me suis posé la question. J'imagine que la faible portée du système (quelques mètres) signifie que le puissance utilisée est très faible. De plus le casque est essentiellement un récepteur et n'émet que peu de signaux. C'est le lecteur MP3 qui émet le plus et lui est plus éloigné de la tête. En gros, selon moi, c'est insignifiant par rapports aux ondes wifi, mobiles et autres qui nous bombardent déjà 24h24 et qui sont à priori bien plus puissantes.


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Amis perdus suite à certaines prises de position

amis-perdus.jpg

Je ne compte plus le nombre de personnes qui du jour au lendemain ont décidé de me rayer de la liste de leurs connaissances suite à quelques une de mes prises de position sur mon compte facebook ou ailleurs.

Quel dommage. Il y a parmi ces personnes des gens que j'apprécie fortement et qui maintenant ne répondent même plus quand j'essaye de prendre contact. Je ne m'attendais pas à cela. J'ai été très surpris par le manque d'ouverture de certains.

Autre raison de ceci, il s'avère impossible d'avoir des vrais discussions ou de nuancer/détailler suffisamment ses opinions sur les réseaux sociaux. De plus et les insultes et agressions que certaines personnes profèrent, protégées par la distance ou l'anonymat, ne font que tendre les discussions. Tout ceci y rend au final l'échange impossible et ne fait qu'exacerber les passions et les réactions agressives. Je me suis moi même laissé emporter à plusieurs reprises, frustré justement par l'impossibilité d'y avoir une discussion constructive.

Quoiqu'il en soit, c'est un fait et je ne peux pas faire grand chose contre. Ces personnes qui comptent pour moi ont coupé les ponts. Je le regrette et espère que, pour le plus possible d'entre elles, ce ne sera pas définitif.


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Déménagment sur Châtenois


Bye bye Sélestat


Alors qu'il y a quelques semaines j'écrivais un billet sur mes 10 années passées à Sélestat, voilà que depuis le 1er décembre 2012 je n'y habite plus. C'est ainsi, les méandres de la vie ont fait que nous habitons désormais à Châtenois.

Heureusement Châtenois / Sélestat c'est moins d'1km de trajet. Pas de grands bouleversements à prévoir donc, on va garder nos habitudes :-)

On verra dans quelques années si je me sentirai autant Castinétain que je me suis senti - et que je me sens encore - Sélestadien.

Bon vent...


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Le problème de l'illustration des articles dans la tenue d'un blog

Plus les années passent depuis que j'ai ouvert ce blog, et plus je me rends compte que le principal frein qui m’empêche de mettre régulièrement en ligne des articles est le fait de vouloir les illustrer par une photo.

En effet lors de l'ouverture de ce blog, je me suis fixé comme principe de joindre à chacun des articles une photo. Et le plus souvent c'est ce qui m'empêche d'écrire un article car c'est ce qui se trouve être au final le plus contraignant.  D'abord il faut trouver une photo, la recadrer, la resizer, lui rajouter une bordure... bref, c'est parfois long et surtout on ne peut pas le faire (ou pas de manière simple) depuis n’importe quel appareil (iPhone, iPad...). La plupart du temps cela prend plus de temps que l'écriture de l'article lui même alors que ça n'apporte pas toujours grand chose à son contenu.

Donc en gros, une de mes résolutions de 2013, sera de ne plus m'imposer à l'avenir de mettre une photo à l'ensemble de mes articles, car mieux vaut un article non illustré que pas d'article du tout.

Édit : en fait depuis que j'ai écrit cet article, j'ai trouvé un moyen moins contraignant et assez rapide de mettre une image sur les articles vi l'iPad.


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Course à pied : reprise en 2013 ?

Ma régularité en course à pied est aussi décousue que la fréquence des mes articles sur ce blog. C'est à dire quasi nulle. Depuis que je me suis mis à courir il y a quelques années, je n'ai pas réussi à le faire régulièrement plus de 2 ou 3 mois de suite et je n'ai fait qu'alterner des courtes périodes d’entraînement et des longues périodes "d’abstinence" complète. Bref, tout ce qu'il ne faut pas faire au niveau d'un sport d'endurance.


Regularite-course-a-pied


Alors, que me faut-il faire ? Abandonner pour de bon ce sport ou me donner une dernière chance en me forçant ce coup-ci à courir régulièrement ? J'hésite. Mais bon, en ce mois de janvier 2013, c'est le moment de prendre des bonnes résolutions. Si je m'écoutais, je me fixerais un triple objectif, raisonnable mais contraignant : 500km 300km minimum dans l'année, dont 20km 15km minimum par mois, et un premier semi marathon, si possible en moins de 2 heures au moins une course organisée. Cap ou pas Cap (dans les 2 sens du terme) . Réponse d'ici peu.

Pour info lors de la mise en ligne de ce billet, j'ai revu mes ambitions à la baisse, d'où les "ratures". En effet mieux vaut être raisonnable mais tenir ses objectifs que d'être trop ambitieux et d'abandonner en cours de route.


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Les documents surprise de la médiathèque de Sélestat

La médiathèque de Sélestat a remis en place à l'occasion des fêtes de fin d'année 2012 une initiative originale qui consiste à empaqueter dans du papier une sélection de documents (livres, cds, dvds...) et de mettre ceux ci à la disposition de ses abonnés.


image.jpg

Nul ne sait ce qui se cache dans chacun des paquets. Quand on en prend un, ce n'est que lors de son ouverture une fois renté à la maison que l'on découvre ce qui s'y trouve. La plupart du temps un livre ou un DVD que nous n'aurions jamais emprunté en temps normal, bref de quoi nous faire découvrir un sujet ou un auteur que nous n'aurions pas découvert sans cette bonne idée.

Cette année je suis tombé sur un DVD retraçant l'histoire du Jazz. Je suis certain que cela sera très intéressant à regarder.


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

Nobilia : 1 / Cuisinella : zéro

image.jpg


Avant que l'on nous accuse de diffamation, je tiens juste à dire que ce billet n'a qu'un but : vous faire partager notre expérience personnelle.

Voilà tout : il y a une dizaine d'années nous avons acheté une cuisine de marque allemande Nobilia chez Atlas. Cette année, en 2012, suite à un déménagement, nous avons fait l'acquisition d'une cuisine Cuisinella. De qualité très proche et de prix similaire, il nous est donc possible de faire une comparaison.

Pourquoi Cuisinella ce coup-ci ? Crise oblige, d'abord pour acheter français, et aussi pour faire marcher le commerce et l'industrie locale vu que l'usine de fabrication se trouve à Sélestat même. Et puis nous y avons trouvé un modèle qui nous plaisait bien.


La livraison :
Dans les 2 cas nous avons pris une livraison simple, sans montage.
Côté Nobilia/Atlas aucune mauvaise surprise. Tout était là et conforme à la commande.
On ne peut pas en dire autant de Cuisinella : poignées manquantes, luminaires incomplets, mauvais modèle de plans de travail et de portes torchons, bref c'est du grand n'importe quoi. Bien entendu on me dit que tout sera réglé au plus tôt par le SAV. Un mois et demi plus tard certains de ces points ont correctement été réglés (parfois après de multiples rendez vous annulés a la dernière minute), mais d'autres sont toujours en suspend. C'est frustrant et incompréhensible.


Le montage :
Là, pas de gros changements. Si ce n'est qu'avec Nobilia/Atlas c'était vraiment du "sur mesure" vu qu'il ne nous a fallu faire aucune découpe. Les fileurs de caissons étaient déjà finis au millimètre près.
Par contre avec Cuisinella il faut couper soit même les fileurs de caissons pour ajuster la cuisine à la taille de la pièce. Dommage.


La qualité et la durée de vie :
Sur ce point Nous ne nous permettrons pas de juger Cuisinella vu que l'achat date de très peu de temps. Tout ce qu'on peut dire c'est que la qualité semble être là.
Il nous est par contre possible de juger Nobilia/Atlas vu que nous avons profité de leur cuisine pendant près de 8 ans. En ce qui les concerne, quand nous avons vendu notre maison la cuisine n'avait pas bougé et était toujours dans un état impeccable. Nous avons fait juste un appel au SAV en 8 ans et celui-ci s'est très bien passé et à été traité rapidement. Bref une très grande satisfaction.


En conclusion :
Vous pouvez voir que notre expérience avec Nobilia/Atlas nous a beaucoup plus satisfaits.
Avec Cuisinella les galères de départ se sont multipliées et ne sont pas encore toutes réglées plus de 45 jours après. Et encore je ne vous ai pas parlé des salles de bain que nous avons commandées chez eux en même temps que la cuisine et qu'il nous a fallu changer en partie vu que les meubles n'étaient pas compatibles aux vasques : les tiroirs ne pouvaient donc s'ouvrir et les évacuations ne pouvaient être mises en place. Une galère de plus ! Espérons tout de même que nous serons satisfaits de la tenue des meubles dans le temps, car après tout c'est ce qui compte le plus. Rendez vous dans 8 ans pour finaliser cette comparaison.


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

iPad 2 pour Noël : pourquoi et premières impressions

Noël 2012 approche. Cette année j'ai décidé de nous acheter un iPad 2. Oui j'ai bien dit Ipad 2. Pas iPad Mini, ni iPad Retina...

Un iPad pourquoi faire ?
Pour faire face à une double problématique :

  • Je trouve la zone de frappe de mon iPhone beaucoup trop petite dès qu'il faut taper un peu de texte (e-mails entre autres) et son écran est un peu petit dès qu'il faut lire des articles imposants. Il est parfait pour une utilisation nomade/instantanée mais il ne répond pas à tous les besoins. Son confort de lecture et d'écriture laissent parfois à désirer. Du coup, à la maison, pour certaines tâches, je me rabats vers notre ordinateur personnel situé à l'étage, ce qui nous amène à la seconde problématique.
  • L’utilisation de notre ordinateur personnel (non portable) est trop contraignante : il faut monter à l'étage, attendre 3/4 minutes que windows et les programmes lancés au démarrage veuilent bien se lancer et trop souvent on oublie de l'éteindre où on le laisse allumer pensant qu'on va l'utiliser plus tard et donc on consomme moult électricité...

L'achat d'un iPad permet de régler ces deux soucis d'un seul coup.

Pourquoi ne pas avoir acheté un iPad Mini ?
Pas un iPad mini car son utilisation se fera essentiellement à la maison et l'iPad 2 offre une plus grande surface de lecture et surtout une plus grande zone de frappe. l'iPad 2 répond parfaitement à la première des 2 problématiques citées ci-dessus, contrairement à l'iPad Mini. De plus l'iPad Mini et l'iPad 2 ont le même processeur (A5) donc niveau performance ça doit être sensiblement la même chose.

Pourquoi ne pas avoir acheté un iPad Retina ?
Parce que c'est trop cher : 509 euros pour un 16 Go Wifi alors que l'ipad 2 ne m'a coûté que 379 euros avec en plus 15 euros offerts en bons d'achat. Ça change tout. Alors certes il y a quelques fonctionnalités en moins (Siri, appareil photo moins performant ..) et le processeur est un peu moins rapide (A5 contre A6), mais tout ceci n'est pas essentiel à l'utilisation que je compte faire de cet achat. Il faut être pragmatique.

Pourquoi ne pas avoir acheté une tablette Microsoft ou Androïd ?
Tout simplement car je suis très satisfait par mon iPhone (facilité d’utilisation, qualité, robustesse, fluidité, synchro avec iTunes Google et iCloud) et que je veux pouvoir profiter sur ma tablette de toutes les applications que j'ai achetées sur l'AppStore. Mais je vous avouerai avoir hésité entre un iPad mini et une Asus Google Nexus 7 avant de décider de prendre un écran plus grand.

Pourquoi ne pas avoir acheté un ordinateur portable ?
Car notre PC fonctionne toujours bien et je ne veux pas avoir 2 windows à la maison. Pour ce qui est d'un Macbook Air cela reste encore trop cher pour moi...

Mes premières impressions :
Après une petite semaine d'utilisation je suis très satisfait de cet achat. La machine est belle, robuste, fluide et très pratique. Je redécouvre le plaisir de surfer sur un appareil mobile. La saisie de texte est bien plus agréable que sur un téléphone mobile. Je redécouvre aussi certaines applications dont la version iPad diffère de celle d'iPhone en terme de fonctionnalités ou de quantité d'informations affichées. Certaines sont très léchées, c'est très agréable (Liveradio d'Orange qui intègre une remarquable gestion des podcasts institutionnels, Le Figaro...).

Les points négatifs :
Comme il y a toujours un "mais" : je regrette que la machine soit un peu lourde et que certaines applis n'existent pas en version iPad (Instagram, Week Calendar...) et s'affichent donc en taille iPhone. Enfin, toujours au sujet des applications, certaines ne sont pas communes avec la version iPhone. Quand elles sont payantes, il faut donc repayer pour les avoir sur sa seconde machine (Reeder ou Osmos par exemple).

Mes premiers accessoires :
L'idée est de ne pas me ruiner en accessoires, car dans ce domaine ça peut aller très très vite. Pour l'instant j'ai juste fait l'acquisition d'un étui de protection. Mon choix s'est orienté vers l'étui/coque/support "Novodio Carbon BookStand Smart" de MacWay qui est semblable en terme de fonctionnalité à l'iPad Smart Case d'Apple mais en bien moins cher (16.90 euros en promo spécial Noël pour le premier contre 49.00 euros pour le second). Il s'adapte parfaitement à l'iPad, reste très discret et léger, le protège bien et ses fonctions "support" sont parfaites. Il est assez classe avec son aspect carbone. Reste juste à voir comment il tiendra dans le temps.

Les applications que j'utilise le plus :
Gmail, ToodleDo, TweetBot, Reeder, FaceBook, Google actu (via safari car aune appli n'existe), Le Figaro, Calendrier (à défaut de Week Calendar censuré sur iPad par Apple), Instagram, Evernote, Safari, Contacts, LiveRadio d'Orange, La Chaîne Météo, Télé Loisirs, Osmos, Readability, Convertisseur, DropBox, NeufBox TV, Withings, Amazon et forcement l'appli Musique,...



Bien entendu, vous vous rendrez compte en lisant cet article que le paquet n'est pas resté longtemps sous le sapin et que je n'ai pas attendu Noël pour l'ouvrir. Vous vous en doutiez j'imagine... D'ailleurs c'est avec cet iPad que j'ai saisi ce billet.


Partager sur Facebook - Partager sur Twitter

page 1 de 14 -